jeudi 25 juin 2020

LIGNE 18 du METRO AUTOMATIQUE: un projet mal conçu dans un monde en nécessaire transition écologique

Une Enquête Publique supplémentaire sur la Ligne 18 du Métro Automatique a lieu du 15 juin au 17 juillet.
2 précédentes Enquêtes Publiques s'étaient déroulées en avril 2016 et juin 2018, toutes 2 débouchant sur une DUP (déclaration d'utilité publique) malgré les avis défavorables extrêmement nombreux qui furent émis (citoyens, associations mais aussi maires des communes traversées).
L'ASEM est notamment une de ces associations défavorables à la LIGNE 18, et ceci pour de nombreuses raisons:
1) cette ligne de métro automatique traversera le Plateau de Saclay en viaduc (projet envisagé) sur 14 km entre Saclay et Magny-les-Hameaux, consommant ainsi des centaines d'hectares de terres agricoles nécessaires aujourd'hui plus que jamais à notre région,
2) cette ligne de métro est certes un mode de transport en commun non polluant mais dont le dimensionnement n'est aujourd'hui justifié que par une urbanisation (dont on ne veut pas sur le plateau de Saclay) en devenir et qui n'existe pas encore:
. en ce qui concerne le 1er tronçon reliant Orly à Saclay, l'urbanisation immédiate qui accompagne le projet de Ligne 18 est le campus Paris Saclay (Polytechnique, Corbeville et Moulon)  qui est construit entièrement sur des terres agricoles; les travaux sont malheureusement bien avancés et un retour en arrière est quasi impossible,
. en ce qui concerne le 2ème tronçon reliant Saclay à Versailles via le plateau et Guyancourt, l'urbanisation sera le quartier de SATORY et le quartier de Guyancourt (ex-THALES); là, les travaux n'ont pas commencé et IL EST ENCORE TEMPS DE S'Y OPPOSER
3) malgré l'effort de transport en commun non polluant, le projet global est nuisible en terme d'émissions de gaz à effet de serre, en raison d'un apport de population nouvelle et de l'augmentation des transports routiers (doublement de la RD36, nouveaux flux de véhicules vers les nouveaux quartiers d'habitation et vers les gares)
4) une ligne de transport en commun plus légère, mieux dimensionnée aux besoins (relier SQY au campus Saclay) aurait dû éventuellement se substituer au 2ème tronçon de la L18 et relier directement la gare existante de SQY. Cela aurait évité de créer d'énormes quartiers d'habitation (Guyancourt et SATORY) incompatibles avec les enjeux environnementaux d'aujourd'hui
5) la nouvelle Enquête Publique tente d'imposer une gare proche (moins de 500 m) du réacteur atomique OSIRIS du CEA à Saclay en dépit des règles de construction qui interdisent tout aménagement dans un rayon de 1000 mètres autour d'un tel réacteur.

Nous, association de Protection de l'Environnement, agréée sur le département des Yvelines, demandons que les citoyens conscients des enjeux environnementaux se mobilisent contre ce projet bien dangereux pour l'avenir de notre région et pour la santé de ses habitants. Déposer son Avis sur l'Enquête Publique sur le lien suivant:
https://www.enquetes-publiques.com/Enquetes_WEB/FR/EP20111/Dossier.awp

jeudi 4 juin 2020

L'ASEM et l'ONF s'expliquent dans la Gazette de SQY

La Gazette du 2 Juin 2020 publie en page 8 un article sur le différend qui oppose l'ASEM à l'ONF.
Lire l'article sur le lien suivant: article ASEM-ONF
Le différend porte sur le niveau de coupe en forêt domaniale de Versailles et plus particulièrement cette année en forêt de la Minière. Beaucoup trop d'arbres sont coupés ce qui ne garantit pas une gestion durable de notre forêt. En effet, le taux de récolte est supérieur au taux de régénération naturelle. Cela est la règle du Plan d'Aménagement 2009-2028. Cela nous a été confirmé par Michel Béal, directeur de l'Agence ONF IdF Ouest lors d'un entretien par Skype le 19 mars dernier. L'ASEM s'oppose à ces abattages abusifs, soulignant que l'ONF a autre chose à faire - et surtout beaucoup mieux à faire dans la forêt - que cette activité lucrative qui tend à éponger les dettes de l'entreprise en difficulté financière.
La forêt n'a jamais eu besoin de l'homme pour pousser et se régénérer.

vendredi 22 mai 2020

La pause magique

Pendant  8 semaines, la France a vécu sous un rythme inédit en mode pause. Nos habitudes de vie ont connu un bouleversement tel qu'il est légitime de s'interroger, à présent que la vie semble reprendre comme avant. Les grandes villes, si bruyantes et polluées habituellement, ont connu une parenthèse magique: plus un bruit, soudain un air pur, et une nature qui reprend ses droits. Nous sommes nombreux à avoir apprécié cette pause. Et nous sommes nombreux à en avoir souffert. L'homme n'est décidément pas fait pour rester enfermé, surtout si c'est en appartement de 30 m² avec famille. Pourtant nous avons beaucoup appris. Appris que l'on savait être discipliné devant le danger - le confinement a été respecté d'une façon admirable - Appris que l'on pouvait se passer du superflu et se contenter du minimum vital. Appris que l'on pouvait vivre autrement.
Aujourd'hui, les étangs de la Minière sont à nouveau ouverts au public. Des milliers de citadins redécouvrent le plaisir de la ballade prés d'une eau de mai encore transparente dans un décors magnifié par 8 semaines de paix profonde. Quelle rupture, quel choc pour la nature qui a prospéré sous le confinement. Ici, le couple de cygnes qui a élu domicile sur la berge, à 2 pas du chemin où passent des wagons de déconfinés. Là, les centaines de grenouilles se sont tues après plusieurs semaines d'un concert assourdissant - ce n'était pas un bruit, c'était le chant de la nature.
Toute la biodiversité dans son ensemble doit regretter aussi la pause magique.
L'ASEM souhaite à tous une saine reprise des activités, en gardant à l'esprit qu'une autre façon de se comporter au quotidien est possible.

samedi 9 mai 2020

Coupes en Forêt de la Minière: un lourd dossier

Dans la période qui a précédé le confinement, l'ASEM a étudié avec les associations riveraines de la Forêt de Versailles (Amis de la Vallée de la Bièvre, Amis des Forêts de Versailles et de Fausses-Reposes) le lourd et compliqué dossier des coupes en forêt. Cet hiver, beaucoup, beaucoup d'arbres ont été coupés en forêt de la Minière: en parcelle 50 notamment (près de la résidence des Belles au Bois Dormant à Guyancourt), mais aussi dans la réserve biologique (ancienne baignade) et sur les parcelles 40, 43 et 44 (plus près de Satory). Constat à peu près identique du coté de l'étang de la Geneste. Dossier très lourd car les coupes dans les forêts fréquentées de la Minière et de Versailles sont mal vécues par les promeneurs. Dossier compliqué car l'ONF tient en main la gestion forestière de la forêt domaniale et ne souhaite pas transiger avec ses objectifs. Depuis 2 ans l'ASEM tente de sensibiliser l'ONF sur un Plan de Gestion Forestière qui lui parait totalement incongru!  Un Plan de Gestion d'une durée de 20 ans (2008-2027) qui se veut durable mais qui ne l'est pas en réalité. L'ONF coupe plus de bois qu'il n'en repousse. Il s'agit donc d'un véritable épuisement planifié des ressources naturelles. 2 ans d'effort, 2 ans de tentatives de négociation, et tout cela sans aucun résultat. L'ASEM a adressé en définitive un message le 23 avril à Michel Béal, Directeur de l'ONF Ile-de-France Ouest pour signifier sa désapprobation avec sa gestion forestière.
Les Amis de la Vallée de la Bièvre ont de leur coté envoyé également un message. Et les Amis des Forêts de Versailles et de Fausses-Reposes le feront en sortie de confinement.


lundi 16 mars 2020

COVID 19: Assemblée Générale ASEM du 27 mars annulée

Suite aux événements dans notre pays, l'ASEM doit annuler son ASSEMBLÉE GÉNÉRALE prévue le 27 mars et la reporte à une date ultérieure.

vendredi 13 mars 2020

Coronavirus: la Marche Pour le Climat de Versailles du 14 mars est annulée

Compte tenu de l’évolution de l'épidémie de coronavirus et afin de ne faire prendre de risque à personne, et notamment aux plus fragiles, nous avons décidé d'annuler la marche pour le climat de ce samedi 14 mars 2020.
Pour ceux qui n'auraient pas ce message à temps des personnes seront présentes devant le château, et des temps de parole sont prévus.
L'urgence climatique doit néanmoins rester une préoccupation majeure et les mesures radicales qui ont été prises pour juguler cette épidémie doivent être le signe qu'il est possible d'agir !
M. le président Emmanuel Macron a dit qu'il se produit là un temps de rupture. Nous sommes d'accord avec cela et pensons que cela s'applique également aux questions environnementales.
Prenez soin de vous et de vos proches.
Vincent Ospital du Collectif Organisateur

dimanche 8 mars 2020

Assemblée Générale de l'ASEM Vendredi 27 mars Espace Yves Montand

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASEM

ANNULÉE ET REPORTÉE

Vendredi 27 mars 2020

Espace Yves Montand 

(Rue Neil-Armstrong - Quartier du Pont du Routoir, Guyancourt)

Ordre du Jour :

  • 20h00 Accueil et Recueil des cotisations
  • 20h30 : Ouverture de séance
    1. Rapport moral et d'activités pour 2019: Marches Pour le Climat - Rencontre sur la TRANSITION ÉCOLOGIQUE à Guyancourt
    2. Rapport Financier 
    3. Election de membres du Conseil d'Administration
  • 21h30 : Intervention de Pierre Desnos sur l'histoire de la forêt de Versailles.
  • 22h00 : Débat à propos des récentes coupes aux étangs de la Minière et de la Geneste
  • 22h15 : Présentation d'un projet d'album Biodiversité
  • 22h30 : Clôture - les 40 ans de l'ASEM (ex CCAB12)
Au nom de tout le conseil d'administration,
François Apicella, président de l'ASEM